Coupe d'une chanson

De Wikitrad
Aller à : navigation, rechercher

La coupe d'une chanson est une description de la structure des couplets. Son efficacité à regrouper ou discriminer les chants de tradition orale en a fait un outil majeur des systèmes de catalogage. Le nombre de vers par couplet, le nombre de pieds pour chacun de ces vers et le genre de la rime sont les trois caractères étudiés auxquels sont parfois ajoutées les assonances.

Comment ça marche

La coupe d'une chanson est définie par trois éléments, parfois quatre : le nombre de vers par couplet, le nombre de pieds pour chacun de ces vers et le genre de la rime, parfois par les assonances.

  • Le nombre de vers par couplet,
  • Le nombre de pieds par vers qui correspond au nombre de syllabes prononcées dans chaque vers,
  • Le genre de la rime correspond au type de finale du vers. Si la rime finit par un e, on parle de rime féminine, sinon d'une rime masculine.
  • L'assonance est parfois ajoutée, c'est-à-dire le son de la rime masculine.

Par exemple, la chanson-type En revenant des noces ou À la claire fontaine démarre dans une de ses versions par les vers suivants :

À la claire fontaine,  6 syllabes prononcées donc 6 pieds, une fin en e donc féminine, on décrit le vers en 6F
M'en allant promener,  6 syllabes prononcées donc 6 pieds, une fin en é donc masculine, on décrit le vers en 6M

La coupe de À la claire fontaine est donc 6F6M. Cette coupe ne tient pas compte des éléments en dehors du narratif de la chanson, notamment les refrains. Ainsi les La belle ma dondaine dans la version Au bord de la fontaine ne sont pas pris en compte, ni les Fendez le bois, chauffez le four, dormez ma belle, il n'est point jour dans la version Fendez le bois, chauffez le four....

La coupe pour (aider à) retrouver le type d'une chanson

Comme à un type correspond une coupe (en général...), on peut utiliser la coupe d'une version pour en retrouver le type.

Dans les pages Wikitrad, certaines chansons traditionnelles n'ont pas encore été associées à un type catalogue, par exemple Conseils à la mariée. Son thème, le mariage, nous fait plutôt chercher dans le deuxième tome du Répertoire des chansons françaises de tradition orale de Patrice Coirault et notamment dans le rubrique 52. Les noces.

Les couplets sont composés de 4 vers de 12 pieds (alexandrins) et les rimes sont en –age, –age, –eux et –an. La coupe serait donc 12F12F12M12M.

Dans les 19 types de la rubrique 52. Les noces, aucun n'a de coupe en douze pieds. D'ailleurs, si courants que puissent être les alexandrins dans la poésie, Patrice Coirault n'en a recensés qu'assez peu. Il a souvent préféré rendre lisibles les hémistiches, en 6 pieds, plutôt que tout le vers.

En découpant chacun des vers, notre chanson de la mariée aurait donc une coupe en 6M6F6F6F6M6M6M6M. En recherchant cette coupe on trouve effectivement le type 5210 Nous sommes venus ce soir qui existe aussi avec une coupe 6M6F6F6F6M6M. Le résumé mentionné permet alors de confirmer que notre chanson est bien une version de ce type. Il correspond chez Laforte au type II, P-20 La chanson de la mariée.

Le répertoire Coirault liste alors de nombreuses références chez les folkloristes pour trouver des versions de ce type. Parmi ceux souvent cités dans Wikitrad, Jérôme Bujeaud, Louis Lambert, Claudius Servettaz, François Simon, Abel Soreau, Julien Tiersot, Émile Barbillat & Louis Laurian Touraine ou Achille Millien en ont tous publié des versions.