Vent debout

De Wikitrad
Aller à : navigation, rechercher
Informations diverses

Paroles : Anonyme
Musique : Traditionnel
Interprètes : Serre l'écoute
Origine :
Danse :
Mp3 : Serre l'écoute

Paroles

Nous étions trois jeunes garçons,
Débarquant z-à terre du brick Le Goéland ;
Mais de l’argent, nous en n’avions guère,
Jamais vent debout, toujours vent arrière,
À tous les trois, nous n’avions qu’un sou,
Jamais vent arrière et toujours vent debout.

Il faut aller à l’hôtellerie :
— Madame l’hôtesse, n’a’-vous rien de cuit ?
— J’ai des perdrix, des perdrix et des lièvres,
Jamais vent debout, toujours vent arrière,
Et une bonne soupe au chou,
Jamais vent arrière et toujours vent debout.

Après qu’ils ont eu bien mangé :
— Madame l’hôtesse, nous voulons vous payer.
— Mangez don’ vot’ soupe et faites bonne chère,
Jamais vent debout, toujours vent arrière,
À tous les trois, ça vous coûtera qu’un sou,
Jamais vent arrière et toujours vent debout.

Après qu’ils ont eu tout payé :
— Madame l’hôtesse, nous voulons nous coucher.
— Vous coucherez dans la chamb’ d’en arrière,
Jamais vent debout, toujours vent arrière,
La petite servante se couchera t-avec vous,
Jamais vent arrière et toujours vent debout.

À tous les coups ah ! du minuit,
Madame l’hôtesse entendit t-un grand bruit :
C’était le lit qui basculait par terre,
Jamais vent debout, toujours vent arrière,
La petite servante se trouva par dessous,
Jamais vent arrière et toujours vent debout.

Quand vous passerez par ici,
N’oubliez donc pas ce beau logis :
L’hôtellerie de la jeune hôtesse,
Qui remuait du cul, qui jouait des fesses.
La petite servante a bien tiré son coup,
Jamais vent arrière et toujours vent debout.

Commentaires

Collecté auprès de Georges Comeau, de Comeauville