Le navire de Bayonne

De Wikitrad
Aller à : navigation, rechercher
Informations diverses

Paroles : Inconnu
Musique : Traditionnel
Interprètes : Les Charbonniers de l'Enfer ; Gabriel Yacoub (Malicorne)
Origine : Nouvelle France
Danse :
Mp3 :

Paroles

C'était par un bon vendredi,
nous avons parti de Lisbonne
C'est pour en France revenir,
dans le grand navire de Bayonne
Nous n'eûmes pas dédoublé les pointes,
qu'un vent de nord s'est élevé
A fallu carguer la grand voile,
pour y courir au quart noroué.

Il a venté d'un si gros vent,
grand Dieu, quel horrible tourmente!
La moitié de nos gens pleuraient,
les autres chantaient des louanges;
Les autres chantaient des louanges;
louanges, louanges à haute voix!
Que Dieu ait pitié de nos âmes,
puisque la mort il faut avoir!

J'avons reçu un coup de mer
sur le fond de notre navire
Les dalots ne pouvait plus fournir.
Coupez le grand mât, je vous prie!
Coupez le grand mât, je vous prie!
Et jetez les chaloupes dehors!
Garder les restes de nos voiles
pour retrouver tous à bon port.

Le capitaine s'est avancé,
étant le maître du navire.
Honneur dit-il, à qui vivra!
Le grand mât, c'est ma compagnie.
Courage, mes enfants courage,
un vaillant homme nous gouverne!
Eh là! Tenez- vous bien de garde
que le navire vienne en travers.

Ils se sont jetés à genoux
priant la divine Marie.
Priant le Sauveur tout puissant
qui leur ont préservé la vie.
Une grande messe nous ferons dire
à notre bon rassemblement.
Dans la chapelle de Notre-Dame
nous prierons Dieu dévotement.

Qu'en a composé la chanson
c'est le pilote du navire.
Il l'a composé tout au long
ah! c'est en traversant ces îles.
C'est à vous autres gens de France,
qui naviguez dessur la mer.
Naviguez-y avec prudence,
surtout dans le temps de l'hiver.