Le jardinier du couvent

De Wikitrad
Aller à : navigation, rechercher
Informations diverses

Paroles : Anonyme
Musique : Traditionnel
Interprètes : Malicorne
Origine : Berry, Franche conté
Danse :
Mp3 :

Paroles

C'était la fille d'un négociant
Et le garçon d'un fabriquant
Quand il allait voir sa maitresse
Ils n'avaient pas de plus beaux discours
En se faisant mille caresses
Que de parler de leur amour

La mère qui entend cela
Petite enfant que dis-tu là
Car une fille de ton âge
Elle doit d'abord aller au couvent
Pour y apprendre les usages
Et vivre seule et sans amant

La fille fut mise au couvent
Sans qu'on lui d'mande son sentiment
Dans tous les quartiers de la ville
Son père en fait un si grand récit
Prenez bien soin de notre fille
Qu'aucun amant n'la voie ici

Je maudirai la toile
Dont on a fait mon voile
Et les ciseaux des malheureux
Qui ont coupés mes blonds cheveux

Je maudirai l'étoffe
Dont on a fait ma robe
Et cet espèce de cordon noir
Qui fait trois fois le tour de moi

Je maudirai le prètre
Qui a chanté la messe
Les deux servants qui la servaient
Les assistants qui l'entendaient

Je maudirai les murs
Les murs et les murailles
Le tailleur qui les a taillés
Si haut que je n'peux m'en aller

Je maudirai la grille
Par où je vois ces filles
Le forgeron qui l'a forgée
Le serrurier qui l'a fermée

Si j'étais hirondelle
Et si j'avais des ailes
Je passerais les murs du couvent
Je volerais vers mon amant.


Le galant roulant son métier
S'habille en garçon jardinier
Va s'présenter avec adresse
Dans le couvent par un beau matin
Et demande à la mère abbesse
De travailler dans son jardin

La mère abbesse fut charmée
De voir un si beau jardinier
Entrez, entrez charmant jeune homme
Vous nous ferez un beau jardin
Et nous aurons des fruits, des pommes
Aussi des roses et du jasmin

Venez donc voir ma jeune soeur
Bêcher ce beau cultivateur
Comme il travaille avec adresse
Comme il laboure avec ardeur.
Le galant a vu sa maîtresse
Tous les deux changent de couleur

La mère abbesse a fait trois pas
Le beau galant parle tout bas
En te voyant charmante belle
Mon coeur me dit que je t'aime tant
Et si tu m'es encore fidèle
Je te sortirai du couvent.

La jeune soeur en soupirant
A répondu bien doucement
Vois la fenètre de ma chambre
Elle est là-bas au fond du jardin
Viens cette nuit sans plus attendre
Nous partirons demain matin.