Cocu, cocu mon père

De Wikitrad
Aller à : navigation, rechercher
Informations diverses

Paroles : Anonyme
Musique : Traditionnel
Interprètes : Marie-Antoinette Rousseau, Léon Gernigon
Origine : Haut-Anjou
Danse :
Mp3 : Marie-Antoinette Rousseau

Paroles

Partition du Carillon de Dunkerque dans La clef du caveau de P. Capelle en 1816.

Cocu, cocu mon père,
C'est la faute à ma mère.
Si mon père est cocu,
Ma mère l'a bien voulu.

Le père, le fils, le gendre,
Le sont tous trois ensemble
La mère, la fille, la bru
Toutes trois l'ont bien voulu

Références

Gavotté par Marie-Antoinette Rousseau sur l'album Gens de la Mayenne, vol. 2 (Chanteurs et musiciens traditionnels du Haut-Anjou) en 1978 (Youtube).

Une autre version, dansable en pastourelle, a été collecté auprès de Léon Gernigon à Irodouër (Ille-et-Vilaine), notices Dastum 15509, 07093 et publié sur l'album Sonneurs d'accordéon en Bretagne de la collection Anthologie des chants et musiques de Bretagne en 1994 (Dastum DK01402 ou extrait sur nozbreizh) ou sur l'album Ramaojrie en 1999 (Extrait sur nozbreizh).

Une autre version a été collectée auprès de M. Simon à Mareuil (Charente), notice Cerdo 004142_20 ou par Jérôme Bujeaud, notice RADdO 3164975.

Enfin un version en chant à curer les runs a été publié sur l'album Terre-Neuvas, chansons du banc chanté par Albert Colleu, notice RADdO 286111.

Tout probablement* Laforte : VI, A-005 Le père, le fils, le gendre.

  • La seule version mentionnée dans cette notice, que nous n'avons pas encore pu viser, figure dans la collection manuscrite rassemblée par Édouard-Zotique Massicotte (n° BM-144, chanté en 1926 par Charles Benoit (75 ans), de Montréal).

Timbre :

  • Carillon de Dunkerque, C085 dans Mélodies en vogue au XVIIIe siècle, le répertoire des timbres de Patrice Coirault, par Marlène Belly et Georges Delarue, 2020 (voir la rèf en ligne)
  • Du carillon de Dunkerque, n°739 dans La clé du caveau, par P. Capelle (Lire en ligne sur Gallica)